Citywire - Pour les sélectionneurs de fonds

Inscrivez-vous pour avoir accès illimité à toute la base de données Citywire sur les gérants de fonds. L’inscription est gratuite et ne prend que quelques minutes.

Blockchain, crypto-monnaies, ICO … Révolution technologique ou bulle spéculative ?

Blockchain, crypto-monnaies, ICO … Révolution technologique ou bulle spéculative ?

Les crypto-monnaies se retrouvent régulièrement sous le feu des médias, notamment pour leur incarnation la plus connue, le Bitcoin, qualifié de “fraude” par le CEO de JP Morgan. Un Bitcoin valait 5750 dollars au 16 Octobre et sa valeur aura certainement dramatiquement augmentée ou baissée d’ici la publication de ces lignes. La devise digitale s’est ainsi appréciée de 498% depuis le début de l’année, ce qui ne peut manquer de rappeler les enthousiasmes passés pour les tulipes ou encore les sociétés dot-com.

Alors assistons-nous à l’émergence d’une révolution technologique ou d’une bulle spéculative ? La valeur du Bitcoin semble plus être le produit de spéculateurs que d’une base d’utilisateurs actifs, avec un cours volatil caractérisé par des envolées spectaculaires et de nombreux replis en fonction d’une actualité parfois peu glorieuse: piratages de plateforme, cas de fraude et interventions des régulateurs. De plus, les devises digitales ont sous leur forme actuelle de nombreuses limitations, dont une consommation d’énergie importante et un nombre de transactions possibles par seconde limité.

Une autre manifestation de la blockchain sujette à controverse est l’ICO, pour “initial coin offering”, qui est une levée de fonds en devises classiques et digitales, en échange non pas de parts de sociétés mais de jetons numériques dont le fonctionnement s’apparente à celui des crypto-monnaies. Ces “tokens” peuvent être utilisés par les détenteurs afin d’acheter les services de l’entreprise et dans certains cas ils confèrent comme les actions différents droits à leur détenteur (dividendes, droit de vote).

Tout comme pour le bitcoin, les chiffres peuvent donner le tournis: Plus de trois milliards de dollars ont ainsi été levés via les ICO cette année, majoritairement par des sociétés actives dans le domaine de la blockchain, même si l’on constate un début d’ouverture du procédé à d’autres secteurs.

Le principal intérêt de ces levées de capitaux pour les émetteurs est qu’elles ne sont pas réglementées, ce qui permet un accès rapide et facilité à des financements, mais avec bien sur un risque très conséquent pour les investisseurs.

Malgré les controverses, la technologie sous-jacente aux crypto-monnaies, la blockchain, deviendra incontournable. Christine Lagarde, la directrice du FMI, a récemment pris sa défense car c’est une technologie “disruptive” par excellence: En permettant des échanges décentralisés et sécurisés, la blockchain peut améliorer l’efficacité et réduire les coûts de nombreux procédés, tout comme elle rendra certains modèles commerciaux dépassés. Elle est donc appelée à devenir sur le long-terme un thème majeur dans les portefeuilles des investisseurs, de la même manière que de nombreux fonds se sont lancés sur les thématiques de la robotique, de l'intelligence artificielle ou encore du big data.

Il existe ainsi de vrais arguments pour une démocratisation et une institutionnalisation des monnaies digitales et autres tokens alors que nous allons déjà vers une évolution des modèles d’intermédiation et une dématérialisation croissante des paiements. La blockchain Ethereum, par exemple, permet l'exécution décentralisée de “contrats intelligents” sans intervention tierce. La devise digitale associée à la plateforme, l’ether, sert ici de moyen de paiement afin d’exécuter les contrats et de compenser les acteurs du réseau mettant à disposition leur puissance de calcul.

Cependant, le marché des crypto-monnaies et des tokens est étroit et volatil, tout l’enjeu est donc d’acquérir une base d’utilisateurs actifs permettant de stabiliser les prix et de créer une liquidité suffisante. Et étant donné la versatilité de la blockchain et ses nombreuses applications, il est encore trop tôt pour dire quelles plateformes et quelles utilisations vont parvenir à s’imposer dans cette industrie naissante. L'assainissement du secteur pourrait bien être aussi rapide que son ascension ...

L'absence de réglementation autour de ces nouvelles technologies est aussi un des obstacles au développement pérenne du secteur. A l’heure actuelle, les régulateurs divergent sur le sujet et si la FINMA par exemple a donné des lignes directrices sur les ICO, d’autres se montrent plus circonspects voir hostiles, notamment en Chine et en Corée du Sud ou les ICO ont été suspendu. Mais à bien des égards, rien ne semble pouvoir empêcher la révolution blockchain: banques, assureurs, services publics … tous travaillent sur leurs propres applications.

Des crypto-monnaies et des ICO de nouvelle génération, réglementés, auront un rôle à jouer dans l’écosystème blockchain et pourront s’épanouir en parallèle des circuits financiers classiques, tout comme l’émergence du peer-to-peer lending n’a pas remplacé le prêt bancaire traditionnel.

 Cet article a été publié dans l’AGEFI Indices en novembre 2017.

BUSINESS & COMMUNITY

Prélèvement à la source : les associations interpellent le Premier ministre

Prélèvement à la source : les associations interpellent le Premier ministre

Dans un courrier commun, adressé au Premier ministre, les Présidents des six organisations réitèrent la « forte préoccupation » de leurs professions et des épargnants sur les conséquences possibles du prélèvement à la source de l’impôt sur sur le revenu.

Lire plus
Citywire France on Twitter