Citywire - Pour les sélectionneurs de fonds

Inscrivez-vous pour avoir accès illimité à toute la base de données Citywire sur les gérants de fonds. L’inscription est gratuite et ne prend que quelques minutes.

Blockchain: quel impact pour le secteur de la gestion d’actifs?

Blockchain: quel impact pour le secteur de la gestion d’actifs?

Cet article a été écrit par Pierre-Yves Dittlot, CEO de Ledgity, start-up basée à Lausanne pour Citywire France.

La blockchain est certes devenue un mot à la mode, un buzzword, pourtant, peu de professionnels du secteur de la gestion d'actifs et de la banque privée sont conscients des profondes améliorations et opportunités offertes par cette technologie.

Une des améliorations apportées par la technologie blockchain est la gestion du passif des fonds qui consiste simplement à suivre les modifications du registre des investisseurs. Cependant, dans la pratique, c'est rarement simple. Le passif des fonds communs de placement est divisé en parts détenues par les souscripteurs (les actionnaires du fonds). Chaque fois que le fonds permet aux investisseurs d’investir ou de sortir, de nouvelles parts sont émises ou détruites.

Ce processus entraîne la mise à jour du registre d’actionnaire et la garantit que tout le monde dispose de la même information. Non seulement ce processus est inefficace et prédisposé aux erreurs, mais tout échange doit se faire par le biais du fonds lui-même et son dépositaire. Les investisseurs n’ont aucun moyen d’échanger de pair à pair.

Hélas, ne serait-il pas utile d’avoir un système de comptabilité où toutes les parties peuvent voir et s’entendre sur l’état de la distribution? Entrez dans l’univers de la blockchain.

Une part de fonds commun de placement est un titre transférable qui peut être représenté sous la forme d’un jeton, émis par la société de gestion de portefeuille, et dont le prix représente la valeur liquidative du fonds.

Conformément à l'ordonnance française 2017-1674 du 8 décembre 2017, les parts de fonds d'investissement peuvent être représentées directement via l’utilisation de la technologie blockchain. L'ordonnance, qui devrait prochainement entrer en vigueur via la publication d’un décret, permet l'enregistrement et le transfert de titres non cotés (actions de sociétés privées, obligations et actions ou titres de fonds d'investissement collectifs) en utilisant un dispositif d’enregistrement électronique partagé.

Même si la gestion du fonds reste la même qu’aujourd’hui, avec son propre dépositaire et administrateur, la distribution peut être considérablement améliorée.

Premièrement, les investisseurs n'ont pas besoin d'un service de conservation, telle qu'une banque privée, pour investir et posséder leurs parts de fonds commun de placement. Tant que les actions des fonds communs de placement sont représentées dans la blockchain, celles-ci peuvent être stockées de manière sécurisée dans un portefeuille cryptographique.

Parce que le gestionnaire de fonds connaît l'identité exacte de ses investisseurs, celui-ci peut donc utiliser un canal de communication simple. Puisque, techniquement, dès qu'une adresse figurant dans un registre distribué (blockchain) est liée à un KYC, le gestionnaire de fonds peut avoir connaissance du registre des actionnaires. Ce dernier aura ainsi un canal de communication unique.

La société de gestion d’actifs peut distribuer son fonds à un plus grand nombre d’investisseurs dans plus de juridictions (sous condition d'être conforme à la juridiction en vigueur) de façon optimisé.

Les flux entrants et sortants peuvent être stabilisés. En utilisant la technologie blockchain, les investisseurs ont deux options pour souscrire ou vendre des parts de fonds de placement:
- interagir directement avec la société de gestion d'actifs.

- entrer en contact avec d’autres investisseurs pour négocier des parts de fonds communs de placement de pair à pair.

Les investisseurs peuvent par conséquent gérer leur portefeuille à tout moment et n'importe où. En supprimant plusieurs intermédiaires et systèmes relativement inefficaces, l’émission et l’échange de titres sur la blockchain auront des frais moins élevés comparativement aux méthodes traditionnelles.

Ledgity est une start up basée à Lausanne, qui développe des outils et logiciels nécessaires aux entreprises et aux fonds pour répertorier leurs actifs au sein de la blockchain Ethereum.  Ledgity envisage un monde où la gestion de patrimoine est plus transparente et mieux comprise par les investisseurs finaux.                          Dans un monde où les marques dépendent des réseaux sociaux pour communiquer et mieux se faire connaître, il n'existe à ce jour aucune solution permettant aux gestionnaires de fonds d'interagir directement avec leurs investisseurs. Ce saut technologique permet ainsi aux investisseurs de détenir leur portefeuille de placement en utilisant des fonds communs de placement sans recourir à de multiples intermédiaires, tout en réduisant les coûts et en améliorant la communication entre le gestionnaire de fonds ou le conseiller en investissement et l'investisseur.

Pierre-Yves Dittlot

CEO, Ledgity

py@ledgity.com

 

 

BUSINESS & COMMUNITY

Retour en images sur la conférence FECIF de Bruxelles

Retour en images sur la conférence FECIF de Bruxelles

La Fédération Européenne des Conseillers et Intermédiaires Financiers (FECIF) a organisé la semaine dernière à Bruxelles une conférence sur la directive MiFID II, les retraites et d'autres thèmes tels que les fintechs et le crowdfunding.

Lire plus
Citywire France on Twitter